Mosaïque
de Venise

Datant de l’Antiquité, le granito terrazzo revient au goût du jour. Cette mosaïque vénitienne, qui regorge de possibilités de personnalisation et d’application, ne manque en effet pas d’atouts. A commencer par une durabilité hors normes…

De retour après 50 ans


Né dans l’Antiquité, le granito terrazzo a été inventé en Italie, et plus précisément à Venise, où il a connu son apogée au XIIIe siècle, notamment en habillant le majestueux Palais des Doges. En Belgique, son âge d’or remonte aux années 40 jusqu’aux sixties, où il a été popularisé grâce à la forte immigration italienne venue travailler dans nos mines. Aujourd’hui, ce procédé revient en force en s’appuyant sur de solides arguments.

Un procédé d’exception

Le granito terrazzo est similaire au béton, mais dans lequel le sable et le gravier sont remplacés par des pierres naturelles et des éléments concassés, liés par du ciment qui peut recevoir un pigment. Tandis que dans le granito les granulats sont mélangés dans la masse avant d’être coulés au sol, dans le terrazzo ils sont semés en surface après le déversement du liant. Ce matériau particulièrement noble est ensuite poncé et mastiqué avant d’être poli pour présenter un aspect brillant.

Un défi au temps

Recyclable, le granito terrazzo résiste à l’usure et au feu et peut revendiquer une durée de vie de plusieurs siècles, comme en témoigne sa présence dans plusieurs monuments ancestraux. Un argument à prendre en considération au moment d’envisager d’investir dans cette technique, en sachant que le prix de départ tourne autour de 130€ le mètre carré.

Une esthétique unique

Personnalisable à l’infini, la mosaïque vénitienne peut intégrer des éléments en pierres naturelles, métal, miroir ou même éclats de coquillages, de tailles variables, coulés dans du ciment éventuellement mélangé à des polymères ou des pigments d’une multitude de teintes, pour former un revêtement qui ne ressemblera à aucun autre… En outre, son esthétique se marie aussi bien aux constructions classiques qu’aux atmosphères plus modernes. Petite astuce: pourquoi ne pas penser à l’associer à un motif réalisé dans un autre matériau.

Des applications à la pelle

D’une épaisseur variant entre quelques millimètres et plusieurs centimètres, le granito terrazzo s’applique sur du béton comme du carrelage. Il peut ainsi trouver sa place du hall d’entrée jusqu’à la piscine extérieure, en passant par la salle de bains, l’escalier et le séjour, y compris sur les tablettes de fenêtres et les plans de travail, voire le mobilier.

Un jeu d’enfant à entretenir

D’un entretien très aisé, ce revêtement se nettoie à l’eau, éventuellement additionnée d’un peu de détergent ou savon naturel. L’opération est d’autant plus aisée que ce procédé est dépourvu de joint susceptible de retenir la saleté. Après un court délai de séchage, il suffit de brosser puis éventuellement d’aspirer pour obtenir un résultat impeccable.

Bénéficiant généralement d’une protection contre l’eau et l’huile, le granito terrazzo est toutefois sensible à certains acides mordants contenus dans le citron, le vinaigre ou le café, qui peuvent causer des taches. Heureusement, ce matériau peut être rénové, et même réparé localement sans trop de difficulté, pour briller à nouveau comme un sou neuf!