Bien plus amusant que d’aller chez le médecin ou le kiné

Que font les personnes âgées pour commencer leur journée ? Celles qui vont chaque matin chez Kineo, centre fitness et bien-être à Erpent (Namur), sautent, nagent, dansent, transpirent, se font du muscle et puis surtout, s’amusent. D’ailleurs, tous en redemandent.

Par Nathanaël Jacqmin

Les plus jeunes ont à peine 16 ans,les plus âgés ont passé le cap des 90 ans.

«Ce qui a changé, ces dernières années, c’est une vraie prise en main de sa santé à travers le sport et l’alimentation. C’est encore plus vrai chez les seniors, libérés des contraintes de la vie active».

Cette tendance, c’est Catherine Lallemand, coach sportive, qui la relève. Elle travaille en partie au Kineo, un centre de fitness et de bien-être situé à Erpent sur les hauteurs de Namur. Un centre plébiscité, particulièrement durant la journée, par les personnes plus âgées qui y trouvent des cours collectifs en salle ou en piscine (une septantaine de cours donnés par de vrais humains et non des coachs virtuels), un espace détente (jacuzzi, sauna, hammam) ainsi qu’un encadrement très professionnel, toujours à l’écoute. Une ambiance sympa, décontractée avec un certain confort. Une recette visiblement qui plaît.


La coach Charlotte est la plus jeune dans la piscine.
« Mais le contact se passe à merveille. Comme je viens d’avoir un enfant, elles m’encouragent et me donnent des conseils, comme des mamys ! »
© ÉdA – Jacques Duchateau


Deux fois plus cher qu’un basic-fit

C’est vrai que la société Kineo (six centres en Wallonie) a une philosophie qui correspond assez bien à cette tendance du moment.

« Nous nous positionnons dans le moyen de gamme et nous proposons dans chaque centre une piscine et un espace pour la détente » explique Maxime Erpicum, nouveau responsable des centres Kineo à Erpent (Namur) et Limelette (Ottignies). En plus des engins dernier cri pour le cardio ou la musculation, chaque Kineo dispose d’une salle pour les cours collectifs, une autre pour des séances à vélo (RPM) et une piscine. « Nous assurons aussi un suivi pour chaque membre qui peut trouver les conseils et un programme sur mesure réalisé par un professionnel du sport. On peut aussi analyser avec lui sa progression et adapter son programme personnel » poursuit Maxime Erpicum.

Ce positionnement a permis à la société Kineo de ne pas subir les assauts du fitness « low cost » qui a entraîné la fermeture de nombreuses salles. « Si Basic-Fit mise que les prix planchers (NDLR : il existe déjà une formule à 20 € par mois), chez nous, il faut compter une cinquantaine d’euros. Les personnes plus âgées sont prêtes à débourser un peu plus d’argent pour du confort, un service de qualité et une vraie prise en charge de leur santé. La preuve : la fidélité de notre clientèle. Rien que sur Namur, nous comptons 1 500 membres. Il n’y a jamais eu autant de monde. Les plus jeunes ont 16 ans, les plus vieux ont passé le cap des 90 ans. »

Qu’on ne s’y trompe pas. Le Kineo n’est cependant pas une salle de loisirs. C’est du vrai sport et chaque activité a un code couleur : vert pour le renforcement musculaire plus profond, jaune pour s’éclater et rouge pour se dépasser. Si les personnes plus âgées sont plutôt « vertes », elle s côtoient aussi les athlètes de haut niveau venus faire des séances de renfort musculaire ou peaufiner leur préparation physique générale.


« J’ai 64 ans, j’ai perdu 17 kilos et jamais je n’ai été autant en forme »

Ceux qui n’ont jamais poussé la porte d’une salle de fitness et pensent qu’elles sont des discothèques de jour avec des miroirs partout où se mirent les midinettes aux tenues fluo et les bellâtres venus pour gonfler les pectoraux sont à côté de la plaque.

Le client « type » du Kineo est plus plutôt une femme, d’une cinquantaine d’années. Elle s’y rend deux ou trois fois par semaine pour entretenir la forme et se relaxer.

Brigitte et Anne, qui fréquentent le Kineo à Erpent ont passé la soixantaine. « Je viens trois matinées par semaine, nous explique Anne. J’ai plein d’activités, culturelles ou plus sociales. Mais mes trois séances d’aquagym sont indéboulonnables. C’est un espace réservé, protégé, rien que moi dans mon agenda. Cela me fait un bien fou. »

Anne a découvert le Kineo un peu par la force des choses, il y a 5 ans.

« J’étais logopède, je travaillait en moyenne 12 heures par jour. Pas vraiment le temps de penser à moi. Quelques jours après une fête que j’ai organisée pour ma retraite avec tous les enfants que j’ai accompagné tout au long de ma carrière, j’ai eu un grave accident de voiture, devant le casino de Namur. J’ai eu un bras paralysé pendant un an. Une capsulite (infection de l’épaule). C’est lors de la revalidation que j’ai découvert cette salle. »

Aujourd’hui Anne a 64 ans. Elle est rayonnante et pète la forme. « J’ai perdu 17 kilos, sans vraiment forcer, sans me priver. J’essaye de bouger un peu plus. J’ai également acheté un vélo électrique. Aujourd’hui, je peux dire que je profite pleinement de ma retraite. »

Le Kineo n’est pas la cour des miracles. Mais des témoignages comme ceux d’Anne, on en entend beaucoup quand on laisse traîner les oreilles au hammam ou au sauna. Brigitte, par exemple, a eu un cancer. Elle était prof de géo à Namur. « La Fondation contre le cancer avait un programme, Raviva, qui nous remboursait une activité sportive. J’ai choisi l’aquagym, il y a quatre ans. Aujourd’hui mon cancer est stabilisé. Je n’ai plus droit au programme. Mais je continue, quatre fois par semaine au moins. Mon oncologue me le recommande, afin d’éviter les douleurs articulaires. Et puis, surtout, j’adore l’eau. Normal pour une fille de la Semois… » Brigitte est originaire de Lacuisinne, petit village de Florenville. Et dans l’eau, elle est comme un gardon.

N.J.


Risque zéro dans l’eau

La piscine et tous les cours qui y sont dispensés (aquagym, softaqua, aquabike) sont aussi très prisés par les personnes plus âgées. Car sans danger. « Cela permet prévenir ou de soulager des douleurs explique Charlotte, coach chez Kineo. Plongé dans l’eau, le corps ne pèse que 70 % de son poids, ce qui rend les mouvements effectués plus faciles à réaliser. L’eau permet aussi d’amortir les mouvements et réduit quasiment à zéro le risque de blessures. »

Par ailleurs, l’activité physique, est aussi le meilleur moyen de lutter contre les rhumatismes, l’arthrose ou l’ostéoporose.

« Beaucoup de participants aux cours ont été envoyés chez nous par leur médecin ou leur kiné » poursuit Charlotte qui prend soin d’adapter ses exercices aux capacités physiques des participants.

ça caquette ferme dans l’eau

Les cours du matin sont les plus prisés par ce type de clientèle. « Cela leur permet de bien commencer la journée et d’être disponible pour leurs autres activités durant la journée explique Charlotte, qui remarque, au fil des séances, des groupes qui se forment selon les affinités. Et qui se retrouvent ensuite dans la semaine, en dehors du centre, pour d’autres activités. Le Kineo est devenu pour elles un lieu de rencontre, un point de ralliement. En tant que coach, c’est d’ailleurs le plus difficile à gérer conclut Charlotte. Chaque cours est un peu comme des retrouvailles entre copines. Il faut instaurer une certaine discipline, car elles ont beaucoup de choses à raconter et ça n’arrête pas de caqueter… »

Notre article : Les seniors et le sport ici