Rénovation

La salle de bain

La salle de bain,
un espace à optimaliser

Rénover une salle de bain n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît de prime abord, d'autant plus si vous séjournez déjà dans l'habitation... et que vous utilisez dès lors au quotidien cette pièce essentielle en matière d'hygiène. Après avoir déterminé les coûts, et ce en demandant plusieurs devis auprès de sociétés, une bonne planification des travaux, en compagnie des professionnels du métier (plombier, électricien, voire même un entrepreneur en cas de gros oeuvre), est donc indispensable afin de vous éviter de trop longs désagréments.

Plan de rénovation

Lorsque vous achetez une habitation de seconde main, que ce soit une maison ou un appartement, la salle de bain est généralement la première pièce à rénover. Avant de passer à l'action, la première chose à faire est d'effectuer un inventaire précis de tous les appareils et meubles que vous souhaitez remplacer. Vu que l'espace est bien souvent restreint, mesurez avec précision tous les emplacements et ébauchez un plan de votre salle de bain à une échelle 1/50e: cela vous permettra de gagner du temps au moment de choisir vos nouveaux appareils sanitaires ou autres. Il faut en effet toujours tenir compte de la surface disponible et de la composition familiale. Si vous avez plusieurs enfants, il est nécessaire de prévoir deux lavabos (ou un lavabo deux places), tandis que la toilette, de préférence bien cloisonnée, devra être facilement accessible par tous. Y compris par les personnes plus âgées qui font partie (ou qui pourraient bientôt faire partie) de votre ménage, et qui préféreront quant à elles disposer d'une douche walk-in plutôt que d'une baignoire. Ce qui facilitera leur vie, et la vôtre par la même occasion.

Démontage et remontage

Avant de commencer le démontage des éléments que vous voulez remplacer, il est indispensable de couper l'alimentation en eau et en électricité, mais aussi de rendre la pièce aussi nue que possible. Les revêtements du sol devront être probablement retirés. Ces travaux doivent donc commencer uniquement lorsque vous êtes en possession de tous vos nouveaux meubles et appareils sanitaires, sans quoi vous risquez d'augmenter inutilement le temps sans vos indispensables W-C., douches ou bains.

Une fois le démontage terminé, vérifiez bien avec les professionnels du métier que tous les conduits sont en bon état et éliminez le calcaire éventuel. S'ils sont trop usés, profitez-en pour les remplacer, au lieu de devoir à nouveau tout démonter quelques mois ou quelques années plus tard!

Reste alors à (faire) placer vos nouveaux éléments sanitaires, et vérifier que tout soit bien étanche. Pensez également à garder un accès au siphon de votre baignoire ou de votre douche, il est fréquent de devoir le remplacer.

Prévoir une solution provisoire

Le planning de vos travaux doit être établi de manière réaliste et précise, sans quoi vous risquez de vous retrouver sans pièce d'eau durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois! Parallèlement au chantier, il faut prévoir une solution alternative pendant la période des travaux, en concertation préalable par exemple avec un voisin ou un membre de la famille habitant à proximité. Si ce n'est pas possible, demandez alors au responsable du chantier de réaliser les travaux en plusieurs phases, afin que votre salle de bain ne soit pas inutilisable trop longtemps d'affilée.

Bien choisir le revêtement

Au-delà de l'aspect esthétique, le revêtement/carrelage des sols et des murs doit protéger efficacement le reste de votre habitation par rapport aux écoulements et infiltrations d'eau liés à l'utilisation de la douche et des sanitaires. Il faut éviter par ailleurs les matériaux ne retenant pas du tout les vapeurs d'eau -le mat est à privilégier-, et s'assurer de la facilité du nettoyage, notamment au niveau du rejointoyage. Si vous choisissez du carrelage en faïence, celui-ci n'est adapté que pour les murs, il est trop glissant pour les sols.

Ventilation de la pièce

Le taux d'humidité, qui se situe généralement entre 40 et 60% dans une habitation en Belgique, est souvent rapidement dépassé dans la salle de bain, suite notamment à la présence de vapeur d'eau. Le meilleur moyen d'évacuer l'humidité est bien sûr d'aérer régulièrement la pièce en ouvrant la fenêtre, y compris lors de l'utilisation des différents appareils sanitaires. Sans quoi des moisissures peuvent rapidement apparaître.

Si cette aération n'est pas possible (pas de fenêtre ou de©Velux) ou s'avère insuffisante, la pose d'une ventilation mécanique contrôlée (VMC) est recommandée. Celle-ci vous permettra de faire circuler en permanence de l'air dans la pièce sans pour autant créer de courant d'air, et de renouveler l'air afin d'éviter un taux d'humidité trop important. Le dispositif de VMC est installé en perçant un trou entre la salle de bain et la façade de l'habitation. Le système double flux (entrée et sortie de l'air) est un peu plus cher, mais nettement plus efficace. A noter que les déperditions thermiques seront bien plus importantes en ouvrant une fenêtre manuellement par rapport à l'usage d'une VMC.

Je fais rénover ma salle de bain. Ces travaux peuvent-ils bénéficier du taux réduit de TVA de 6%?

Depuis le 12 février 2016, le taux réduit de TVA de 6% est uniquement d'application pour des habitations privées d'au moins dix ans, que vous soyez propriétaire ou locataire. Il existait une mesure transitoire pour les travaux effectués à partir du 12 février 2016 dans des habitations d'au moins 5 ans, qui s'est clôturée le 31 décembre 2017. A noter également que, si vous passez par un professionnel lors de l'achat des éléments nécessaires à la rénovation, celui-ci disposera de tarifs préférentiels par rapport à un particulier.

Quels sont les travaux de rénovation concernés par cette réduction de TVA de 6%?

Tous les travaux de rénovation bénéficient de cette réduction de TVA, à condition bien sûr qu'il s'agisse bien d'un logement privé. Le nettoyage ménager usuel et les travaux de jardin (jardinage, clôtures, sentiers de jardin, piscines, terrains de sports,...) restent taxés à un taux de 21%.

En cas de doute, veuillez-vous adresser au centre PME-Gestion compétent, à savoir celui dans le ressort duquel est situé l'immeuble.