Dossier
d'intervention ultérieure

Pour parer aux risques professionnels lors de travaux de rénovation, chaque propriétaire est tenu de garder à jour un dossier d’intervention (DIU) depuis 2001. Par exemple, un dessin des circuits électriques évitera qu’un ouvrier prenne une décharge au détour d’un simple coup de perceuse. Le DIU doit être rédigé par le maître d’ouvrage s’il effectue lui-même ses travaux, ou par l’entrepreneur. Croquis, câblages électriques, matériaux utilisés, tuyauterie… Ce dossier doit être aussi complet et exhaustif que possible, car il est nécessaire pour la vente ou la revente du bien. Pour les anciennes bâtisses, seules les interventions depuis 2001 sont obligatoires. En ce qui concerne les biens immobiliers neufs, qui partent d’une feuille blanche, ils doivent contenir le détail de presque tous les travaux. Avant de signer l’acte, vérifiez donc bien que tout figure dans ce dossier d’intervention ultérieure. Il en va de votre sécurité ou celle des ouvriers qui travailleront chez vous à l’avenir, mais aussi tout simplement de la gestion en bon père de famille de votre investissement.

Dans les annexes du DIU, doivent figurer tous les permis d’urbanisme, d’environnement, l’inventaire amiante et autres produits dangereux, les études de sol, et tous les cahiers des charges, bons de commande, factures, etc.


Les plans indispensables sont les plans de stabilité (éléments porteurs et charge admissible), plans d’architecture, et les plans des techniques spéciales (chauffage, climatisation, électricité, ascenseurs, etc.).


Toutes les fiches techniques des équipements installés, mais aussi les plans et consignes de secours, et les informations relatives à la nature et l’endroit des dangers décelables ou cachés doivent être recensés.


La remise du DIU à l’acquéreur est obligatoire. Si le DIU manque au moment de la signature, il incombe au propriétaire d’en rédiger un lui-même, ou de faire appel à un coordinateur de sécurité.