Salle de bains

Du bois ? Tout à fait possible !


Les vieilles idées reçues sont parfois tenaces. Il n'est pas rare, lorsqu'est abordée l'idée d'une salle de bains boisée, de se voir opposer l'argument selon lequel cette matière serait absolument inappropriée pour une salle d'eau, qu'elle s'abîmerait rapidement au contact de l'humidité. Il n'en est rien ! Il suffit de jeter un coup d'oeil aux saunas scandinaves pour finir de s'en persuader. Si tout n'est effectivement pas permis, s'il faudra, par conséquent, garder un certain nombre d'éléments en tête au moment d'effectuer ses choix, les prochaines lignes vous démontreront que du bois partout dans la salle de bains, c'est possible !

Des atours ravageurs

On ne vous rabâchera pas une énième fois le laïus, mais il convient tout de même de le rappeler brièvement aux étourdis : le bois, c'est tout d'abord la quintessence de la noblesse, la touche d'authenticité qui, employée à bon escient, apporte ce qu'il faut de chaleur et d'élégance à votre intérieur. Naturellement souple, le bois est une surface très agréable à fouler pieds nus. C'est aussi un isolant hors pair qui contribuera à maintenir une température ambiante généreuse dans la pièce tout en absorbant l'humidité présente dans l'air. Pour cette dernière raison, il faudra veiller à ventiler adéquatement la pièce pour prévenir les éventuels risques de moisissures. Avantage formidable du bois : l'éventail extrêmement varié de ses essences, de ses motifs et de ses couleurs. Le bois, ce n'est pas un style, c'est une myriade d'options. Que vous décidiez d'opter pour une salle de bain contemporaine, design, rustique, campagne chic ou autre, une solution boisée pourra toujours être dégagée.

Le choix de l'essence

On le sait, la gamme d'essences disponibles sur le marché est abondante. Tout n'est pas pour autant approprié dans la salle de bain qui reste un haut lieu d'humidité. On évitera donc de donner raison aux détracteurs du bois dans la salle de bain en choisissant des essences appropriées. Il y a d'abord les bois tropicaux comme le teck de Birmanie, l'ipé, le merbau, le cèdre le doussé, l'iroko... Leur imputrescibilité en fait des alliés de premier choix pour votre salle de bains. Bémol éventuel : le coût, qui est un bon cran au-dessus des bois européens. Autre option : le hêtre. Pas imputrescible comme ses congénères exotiques, mais suffisamment résistant à l'eau que pour s'épanouir entre l'évier et la baignoire, pour peu qu'on ait préalablement pris soin de le vernir efficacement. On peut aussi succomber aux bois plaqués, constitué d'un aggloméré hydrofuge recouvert d'une feuille d'essence noble telle que le chêne.

Pose et entretien

Retenez bien l'astuce suivante : avant de coller votre parquet au sol de votre salle de bains, entreposez-le, au minimum, 24 heures dans la pièce ( 48h est l'idéal). Le bois est une matière vivante qui bouge en fonction de la chaleur. En l'acclimatant préalablement à son nouvel environnement, vous vous éviterez de probables soucis ultérieurs. Côté entretien, l'importance de la tâche variera selon les essences. On le disait précédemment, le hêtre comme le chêne doivent être initialement vernis pour résister à l'eau. Pour le reste, il est conseillé d'appliquer de l'huile d'entretien en moyenne deux fois par an sur vos parquets. N'omettez pas de vous informer davantage auprès de votre vendeur : un bois mal entretenu est un bois foutu.

Pose et entretien

Le coût de l'entreprise variera sensiblement en fonction du choix opéré. À titre indicatif, retenez que du bois massif coûtera entre 30 et 75 euros au mètre carré en entrée de gamme, entre 75 et 100 euros en milieu et de 100 à plus de 150 euros en haut de gamme. Pour le stratifié, plus abordable, on comptera entre 10 et 20 euros, 20 et 30 euros et 30 et 50 euros selon la gamme choisie.