ENERGIE

Objectif
Q-ZEN
Le soleil : un allié à dompter

L’échéance approche: en Wallonie, dès 2021, le standard « Q-ZEN » opérera sa grande entrée dans le monde du bâtiment neuf. Des maisons dites « Quasi Zéro Énergie » fleuriront progressivement avec, à la clé, une jolie diminution des pertes de chaleur et des factures énergétiques. Un gain économique s'inscrivant dans la lutte contre le changement climatique :
un Win Win des plus désirables ! Pour atteindre le niveau d'exigence
« Q-ZEN », un préalable mérite qu'on s'y attarde attentivement : la valorisation passive des apports énergétiques généreusement prodigués par les rayons du soleil.

Orienter et agencer

L'idée de base est toute simple. Elle consiste à orienter et à aménager adéquatement la maison que vous vous apprêtez à construire. On privilégiera ainsi une bâtisse dont les pièces de vie (séjour, cuisine, salon ...) seront placées plein sud. C'est là que le soleil tape le plus en hiver. Plusieurs études ont permis de démontrer que, à cette période de l'année, une façade orientée plein sud emmagasine jusqu'à deux fois plus de chaleur que celles tournées vers l'est et l'ouest (on n'évoque même pas le nord, qui, sans surprise, se place encore plus loin derrière). Pour profiter pleinement de cet apport énergétique, il faudra favoriser de larges ouvertures. Le top : de grandes baies vitrées. La surface vitrée s'étendant du sud-est au sud-ouest devrait, idéalement, représenter 40 à 60% de la surface vitrée totale de votre habitation. Ainsi, l'énergie solaire pourra pénétrer votre intérieur et charger en énergie les différents murs, planchers et meubles qui, à leur tour, libéreront gratuitement de la chaleur. Corrélativement, au nord, on minimise autant que faire se peut – on n'ira pas jusqu'à s'interdire une ou l'autre petite percée – les ouvertures sur l'extérieur. En hiver, lorsqu'il fait plus chaud à l'intérieur qu'à l'extérieur, la chaleur tend particulièrement à s'exfiltrer vers le dehors sur son versant nord. Même si le triple vitrage est très performant – et, malheureusement, encore fort onéreux actuellement –, il le sera toujours moins qu'un mur parfaitement isolé. Pour faciliter l'entreprise, on choisira d'y placer, en guise de tampon, les pièces moins utilisées et qui ne nécessitent que peu de lumière (toilette, salle de bains, buanderie, hall...).

Éviter la surchauffe en été

En période estivale, le paradigme s'inverse ! À moins d'être confronté à un été bien raté, les grandes ouvertures vitrées qui furent vos alliées durant l'hiver risquent d'entraîner une surchauffe pénible à vivre dans vos différents lieux de vie. Il existe bien cette solution redoutable qu'est le système de climatisation, mais ce dernier consomme allègrement, nous éloignant de notre objectif initial : économiser de l'énergie. Si, en hiver, les flancs est et ouest laissent pénétrer deux fois moins de chaleurs que leur homologue du sud, ce sont pourtant ces premiers qui subissent le plus les effets du soleil en été. Deux options, dès lors : soit on limite les ouvertures à l'est et à l'ouest, mais on perd leurs bienfaits – certes moindre qu'au sud – en hiver, soit on fait en sorte de les occulter au retour des beaux jours. Une solution brille par son efficacité : planter de la végétation non permanente à l'extérieur. L'absence de feuillage, en hiver, permettra le passage des rayons du soleil là où ces derniers se verront stoppés par les feuilles estivales. Pour les baies du sud, il faudra impérativement opter pour une protection solaire. Les solutions sont multiples : volets, stores extérieurs, débordement de toiture, auvent, écran végétal... De quoi apprivoiser ce soleil qui, tels nos braves compagnons canins, demeure notre meilleur ami tant qu'il ne mord pas !