Décoration

Patiner un meuble

S’inscrivant dans une tendance favorable au mélange d’effets entre le rustique et le bohème, le recours à la patine artificielle séduit de plus en plus. La patine, c’est cet aspect et cette coloration particuliers que prennent les meubles à force de vieillissement, de frottement, d’accumulation de cire, de poussière, de soleil, d’humidité... Plutôt joli, on peut être tenté d’ « accélérer » le processus en « patinant » soi-même des meubles plus récents. S’il existe bien des techniques, dont certaines nécessitent un savoir-faire abouti, il est possible d’opérer de jolies réalisations avec un matériel plutôt basique.

Quel matériel ?

Pour mener à bien votre tâche, il vous faudra :

- un produit décapant

- de la laine d’acier

- une brosse en laiton (pour les angles)

- des pinceaux (dont un large et plat pour la mise en teinte)

- de la peinture d’apprêt

- de la peinture dont vous aurez préalablement déterminé la couleur

- de la cire en pâte

Les étapes de base

1. Dénudez le bois de ses couches protectrices en le badigeonnant de produit décapant ou en le ponçant.

2. Passez une couche de peinture d’apprêt (une sous-couche, somme toute) sur l’ensemble du meuble.

3. Une fois la sous-couche bien sèche, recouvrez-la de la peinture de votre choix.

4. Pour apporter l’aspect vieilli, poncez les parties qui s’usent naturellement avec le temps à l’aide de la laine d’acier ou de la brosse en laiton. Si vous aviez opté pour de la peinture acrylique, un coup de coton imbibé d’alcool à brûler fera également l’affaire.

5. Finalement, le côté « sali » du meuble ancien pourra être assuré par la cire en pâte d’une teinte de votre choix que vous déposerez délicatement au pinceau avant de la frotter avec vigueur au chiffon.

Décoration

Le style Shabby
l’art de la nostalgie


Le nom de ce courant esthétique ne vous est peut-être pas étranger. Et pour cause : en provenance directe des années 80, où l’appellation fut, pour la première fois, employée par Rachel Ashwell dans le magasine World of Interiors, le style Shabby n’a cessé d’inspirer des générations successives de décorateurs. Aujourd’hui, il continue de se renouveler.

Le terme anglais Shabby signifie, littéralement, « usé » ou « abîmé ». Son crédo : faire du neuf avec de l’ancien, en conférant aux intérieurs une atmosphère romantique, très lumineuse, confortable, oscillant subtilement entre le kitch et le rétro, braquant, non sans nostalgie, son regard vers le passé et l’enfance. Terme un peu fourre-tout, il permet d’inclure des tendances assez variées : chic, vintage, intemporel... Coup d’oeil sur les règles du mouvement.


Des couleurs claires et épurées

Le Shabby mise énormément sur la luminosité et, par conséquent, sur la couleur blanche qui sera la teinte principale de votre intérieur. Pour donner du relief, on l’accompagnera de couleurs douces, légèrement poudrées, appuyant toujours plus l’aspect romantique des lieux. À bannir : les teintes vives, totalement hors propos.


Du vieux mobilier

Du meuble ancien, oui, mais de la légèreté. Rien de baroque ici. Raison pour laquelle on préférera une sélection, certes éclectique, certes vieillie – toutes les imperfections des meubles à retaper que vous trouverez en brocante contribueront à leur charme – , mais à la teinte très claire.

Des accessoires

Comme bien souvent, beaucoup se jouera dans les détails et dans les accessoires. Pour le style Shabby, il faudra chiner pour dégoter de vieux objets élégants. À titre d’exemple, on retrouve régulièrement : d’anciennes cages à oiseau, horloges, rubans, noeuds, dentelles, tissus fleuris, broderies, vaisselle raffinée à l’anglaise, bougies logées dans des bougeoirs rétro...

De la liberté

Si l’on retrouve souvent du bois, de l’osier ou de la broderie, la liberté de choix concernant les différentes matières reste complète. Tant qu’on ne contrevient pas au code couleur et à l’esprit d’époque qui font l’essence du Shabby, tout est permis !