CONSTRUCTION

Les grandes étapes
de la construction

Vous vous êtes finalement dégoté un terrain taillé pour satisfaire vos ambitions. Tant mieux : c’est déjà une belle partie du travail accomplie. Mais avant de pouvoir déchausser vos panards pour mieux les étendre sur le sofa de votre salon flambant neuf, encore faut-il franchir trois étapes importantes.

La conception de votre projet

En tenant compte du budget que vous aurez préalablement dressé avec votre banquier, et après avoir pris largement le temps de réfléchir à vos envies, faites-vous plaisir et esquissez, sans trop vous restreindre, un concept provisoire de votre future demeure. Assez rapidement – c’est une règle d’or en matière de construction –, prenez rendez-vous avec un architecte. Le site de l’Ordre des architectes (www.ordredesarchitectes.be) en recense de nombreux et vous pouvez tenter une première approche dès qu’une idée plus ou moins concrète se manifeste. L’architecte sera votre plus intime conseiller : tenu par un code de déontologie stricte, la défense de votre intérêt rythmera ses actions. Il évaluera la faisabilité de votre projet, vous soumettra les ajustements qu’il jugera pertinents, élaborera un projet détaillé (plan, budget affiné, prescriptions urbanistiques...) que vous devrez approuver pour aboutir à un projet définitif qui fera l’objet d’une demande de permis d’urbanisme. Il faut compter entre 75 et 105 jours pour obtenir ce permis que vous devrez afficher à la vue des riverains. Avant d’entamer vos travaux, vous devrez patienter 35 jours supplémentaires, délai laisser à vos voisins pour contester la décision de la commune.

La construction de votre maison

Si vous le désirez, votre architecte se fera un plaisir de vous aiguiller vers un entrepreneur sérieux. Ce premier comparera les différentes offres et pourra vous éviter des surcoûts inutiles. L’Ordre des architectes le rappelle : « on constate que l’écart de prix entre entrepreneurs pour un même travail peut aller jusqu’à 30%! » Sur base de votre dossier, et sous l’oeil attentif de votre architecte qui suivra l’évolution du chantier durant toute sa durée, l’entrepreneur veillera à ce que tous les corps de métiers mobilisés exécutent les plans avec exactitude et dans le respect des délais – ne soyons pas innocents, cela ne vous exempte pas d’un potentiel retard, les imprévus restants monnaie courante dans le secteur –.

Une maison se construit traditionnellement en trois temps. Le gros oeuvre (terrassement, fondations, soubassement, chape de compression, maçonnerie mixte) ouvre la marche, suivi par la réalisation de la toiture et des châssis qui précède les phases techniques et les finitions (pose des éléments encastrables, des tuyauteries, des prises, carrelages, radiateurs...).

La réception

Dès la dernière couche de peinture posée, alors même que l’aspect de votre futur nid semble suggérer que la belle entreprise est arrivée à son épilogue, une dernière formalité – et non des moindres – doit encore être remplie : la réception. C’est le moment où vous contrôlez l’ensemble des travaux afin de vous assurer que l’entrepreneur a correctement mené l’ouvrage à son terme. Si c’est le maître d’ouvrage (vous) qui signera le document, l’architecte l’accompagnera lors de la visite de vérification afin qu’aucun détail ne lui échappe. Cette étape, encadrée par la loi Breyne, doit obligatoirement se dérouler en deux temps. Le premier est celui de la « réception provisoire » et a lieu dès la fin des travaux. À cette occasion, après avoir parcouru l’ensemble des lieux, vous établirez un procès-verbal attestant de la réception provisoire du bien. En guise de récompense, vous vous verrez remettre les clés de votre nouveau chez vous. Ce n’est qu’une révolution solaire plus tard, lorsque votre maison aura démontré qu’elle résiste à toutes les saisons de l’année, que vous assurerez la réception définitive. Vous pourrez toutefois, durant une décennie, poursuivre l’entrepreneur – l’architecte sera tenu solidairement responsable – en cas de vice grave ou sévère de construction, pour peu que celui-ci n’était pas observable lors de la réception.