Canapé, faire le bon choix.

Quelle matière pour le canapé ?

On la choisit pour son aspect après tout, le canapé est une pièce maîtresse de votre salon , mais également pour le confort qu'elle vous prodigue. La matière d'un canapé, c'est avant tout une question de goût. Ce n'est pas pour autant qu'il faille délester votre choix de tout élément objectif. À chaque matière ses avantages et ses inconvénients.

Le cuir

Revêtement à la noblesse indiscutable, il présente l'avantage de ne pas s'alourdir des poussières, poils d'animaux et autres acariens. Les assauts des odeurs ambiantes le laissent également indifférent. Plutôt résistant aux déchirements – il vous accompagnera longtemps – , il est par contre vite mis à mal par les griffes de nos amis félins. Pour du cuir de qualité, il faudra toutefois pouvoir y mettre le prix – minimum 2000 euros – et penser à l'entretenir régulièrement.

Le nubuck et le daim

Plus abordables que le velours, ces deux matières sont très intéressantes pour leur résistance. Idéales pour ceux qui veulent conférer à leur intérieur un aspect vintage et sophistiqué.

Le coton

Le plus gros avantage du canapé en coton est indubitablement son prix, bien plus abordable que ses collègues en cuir. Il fait aussi la joie de votre imagination grâce à sa gamme de coloris pratiquement infinie. Sauf que ses défauts sont multiples : fragile et salissant, il aspire les poussières et les mauvaises odeurs tout en se décolorant progressivement.

Le tissu synthétique

Les canapés en tissu ont la côte. Plus solide et résistant aux tâches que le coton, le tissu synthétique sont aussi très doux et agréables au toucher. Pour les budgets plus modestes, il est préférable d'opter pour un modèle déhoussable, afin de pallier la qualité un peu moins performante par des lavages à la machine.

Le velours

Brillant pour sa douceur, sa solidité et son esthétisme, le velours est aussi disponible dans une large quantité de teintes. Il n'est, par contre, pas donné et absorbe énormément la poussière, même si ça ne se voit pas. Il faudra penser à l'aspirer régulièrement.

Tester la qualité d'un canapé.

On n'ira pas jusqu'à dire que vous y laisserez un bras, mais l'achat d'un canapé neuf constitue un investissement suffisamment important que pour qu'il soit réalisé en parfaite connaissance de cause. Pour éviter une déception ultérieure, il est important de s'assurer que l'objet de votre convoitise est de suffisamment bonne qualité.

Passez chaque détail à la loupe...


Jetez, en premier lieu, un oeil attentif à sa structure. Les plus solides sont généralement en contreplaqué ou en hêtre. Pour un maximum de résistance, ses traverses doivent être collées et agrafées. Pour ce qui est de la suspension du canapé, il vaudra mieux opter pour un modèle à ressorts – le top de l'élasticité – bien qu'il soit plus onéreux qu'un modèle à sangles. Si vous préférez cette dernière option, assurez-vous que ses sangles soient suffisamment longues et entrecroisées. Vérifiez aussi la solidité des coutures. Elles sont bien exécutées lorsque le fil est parfaitement collé au revêtement et ne laisse aucun écart entre ce dernier et la structure. Pour ce qui est des coussins, demandez au vendeur des informations sur sa densité. Celle-ci doit graviter autour de 30 kg/m3. Le top du top : la mousse « haute résilience » (HR), même si le bull-tex et le duvet ont également leurs partisans.


...Et puis testez !


Il va sans dire que vous devrez impérativement expérimentez un minimum le canapé avant son achat. N'hésitez pas à vous mettre dans toutes les positions possibles et imaginables, il ne s'agirait pas de découvrir un inconvénient par après. Au-delà de votre appréciation personnelle, réalisez également le test de l'assise. En position conventionnelle, vos pieds doivent correctement reposer sur le sol. Au moment de la « collision » entre votre corps et le canapé, vous devez pouvoir vous enfoncer légèrement pour mieux remonter droit (si vous restez enfoncés ou remontez en oblique, passez votre chemin). Finalement, posez votre tête sur le coussin et fuyez autant ceux qui pèchent par excès de rigidité que ceux laissant s'échapper de l'air. Si vous vous sentez partir, c'est probablement bon signe !