CHALEUR

La chaudière
à condensation

Si vous désirez continuer à vous chauffer au gaz, plus d’hésitation : votre prochaine chaudière sera un modèle à condensation. Bien plus respectueuse de l’environnement que n’importe quelle autre technologie au gaz, la qualité de son rendement et les économies énergétiques qu’elle facilite en ont fait un incontournable dans les chaumières belges.

Le principe

Pour faire simple, la grande différence entre une chaudière à condensation et une chaudière classique réside dans la capacité de cette dernière à valoriser, par un phénomène de refroidissement, l’énergie contenue dans la vapeur d’eau dégagée lors de la combustion du gaz. Autrement dit, une chaudière à condensation maximise le potentiel énergétique du combustible. A la clé : jusqu’à 35% d’économie d’énergie par rapport aux autres technologies.


Au mur ou au sol

Deux grandes familles de chaudières à condensation se disputent le marché :

la chaudière murale fera le bonheur des propriétaires d’appartement ou de petite maison. De taille et de poids modestes, elle trouvera facilement sa place dans un placard ou dans une buanderie. Attention, elle est moins puissante qu’une chaudière au sol : à éviter pour les grands espaces.

Corrélativement, la chaudière au sol s’imposera pour les grandes maisons. Bien plus massive et lourde que sa consoeur murale, il faudra lui dégager une pièce appropriée. La gamme de prix est supérieure (trois fois plus chère) mais l’efficacité y est et vous la garderez bien plus longtemps qu’une chaudière murale.


Quel prix ?

Un brin plus onéreuse qu’une chaudière à haut rendement, la chaudière à condensation est toutefois plus intéressante financièrement en ce que son prix d’achat sera amorti par ses faibles coûts à la consommation. Pour évaluer adroitement l’attractivité financière d’un modèle, il faudra d’abord se renseigner sur son rendement. Vous vous assurerez de la qualité de la chaudière que vous comptez acheter en vérifiant son label sur l’étiquette. Si les chaudières à basse température sont labellisées « HR+ », une chaudière à condensation digne de ce nom bénéficiera du label« HR TOP ». En moyenne, cela vous reviendra entre 2.500 € et 5.000 €.


Gestion de l’écoulement

Le système d’écoulement de la fumée aura un impact non négligeable sur le prix de votre installation. Pour aspirer l’air frais et expulser les gaz viciés, il faudra compter sur un tubage à double paroi répondant à certaines normes. Celui-ci coûte, en moyenne, une centaine d’euros par mètre courant. En fonction du lieu où vous placerez votre chaudière, le coût s’en trouvera impacté. Si vous construisez, vous pouvez également opter pour une cheminée dotée d’un conduit métallique ou synthétique résistant à la chaleur. Une purge avec siphon doit également être placée en bas du conduit d’évacuation pour permettre aux résidus d’être acheminés vers les égouts via un tuyautage suffisamment résistant (le PVC fera parfaitement l’affaire).


Laissez l’installation à un professionnel

Ce n’est pas une obligation, mais cela vous permettra de bénéficier d’une garantie et d’obtenir la prime de 200 € attribuée en Wallonie. Généralement, le coût d’une installation est amoindri pas les prix avantageux dont bénéficient les installateurs professionnels.


Quel entretien ?

En Wallonie, l’entretien d’une chaudière au gaz doit être réalisé au minimum tous les trois ans. Un entretien correct implique quatre opérations : le ramonage de la cheminée, le nettoyage de la chaudière, le contrôle de différents paramètres de sécurité et le réglage de ses organes de régulation. Cela vous évitera, non seulement des déficiences ultérieures, mais vous permettra aussi de réduire votre consommation énergétique de 2%.

Les techniciens agréés sont réperto


Bien plus respectueuse de l’environnement que n’importe quelle autre technologie au gaz, la qualité de son rendement et les économies énergétiques qu’elle facilite en ont fait un incontournable dans les chaumières belges.