Maison passive: combattons les idées reçues !

À l’instar de n’importe quel concept émergent et, par conséquent, peu connu du grand public, le principe du passif peut susciter interrogations voire inquiétudes.

Pour battre en brèche les légendes urbaines et apaiser les esprits chétifs, PMP nous aide à replacer les points sur les I.

« Dans une maison passive, je risque d’avoir trop chaud en été »

PMP : Dans un vrai logement passif, ça ne devrait pas arriver, car cela a été vérifié lors de la conception. Les principes passifs intègrent une stratégie de lutte contre la surchauffe : protections solaires, ventilation forcée, naturelle, nocturne, ou écran extérieur végétal. Un mauvais équilibrage de la ventilation peut également être la cause de l’inconfort ressenti. En pratique, le critère est difficile à évaluer et très sensible aux conditions climatiques et d’utilisation. Dans un bâtiment passif, la conception doit intégrer une gestion de la surchauffe.

« J’ai bien trop peur de souffrir du froid en hiver »

PMP : Dans un logement passif bien conçu, ça ne devrait pas arriver ! La demande / le besoin de chauffage est faible. Il faut prévoir un système de distribution de chaleur pour couvrir ce besoin (radiateurs sol ou par ventilation). Mais aussi vérifier la présence d’émetteurs de chaleur et leur bon fonctionnement.

« Que faire si j'ai tout de même froid ? »

PMP : Il faut d'abord déterminer le froid ressenti. Est-ce dû à un courant d'air ou une impression d'absence de rayonnement chaud ? Dans le premier cas, posez-vous les questions suivantes : ma ventilation est-elle bien régulée ? N'y a-t-il pas un défaut d'étanchéité de l'air ? Un défaut de ventilation (bouche mal placée) ? Dans le second cas, commencez par vérifier la température du thermostat et par augmenter celle du chauffage. Si ce n'est déjà le cas, n'hésitez pas à enfiler un pull. En hiver, par exemple lorsqu'on revient d'une promenade, on peut éprouver le besoin d'un rayonnement chaud (poêle, radiateurs) qui est généralement moins présent dans un logement passif. Pour y pallier, on peut prendre un bain ou une douche et mettre un pull.

« Le passif, ça consomme plus »

PMP : Quand on parle de passif, on parle de chauffage. On peut donc avoir une installation de chauffage économe en énergie. Mais d’autres postes sont très consommateurs (électricité, eau chaude sanitaire …). Il arrive que le bâtiment soit mal réalisé, ou mal conçu (sur les aspects autres que le chauffage). Certains n’intègrent pas non plus de technologie de régulation, ou les intègrent mal. Donc on peut en arriver à consommer beaucoup plus que prévu.

De plus, si le bâtiment est conçu pour être économe en énergie, l’occupant pas (il peut très bien modifier la température de consigne). C’est pourquoi l’occupant tient un rôle déterminant dans le résultat de sa consommation !

« Puis-je faire des trous dans mes murs ? »

PMP : La question fait référence à la crainte de compromettre l’étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment. Celle-ci est assurée soit par un plafonnage, et est donc réparable, soit par une plaque de plâtre. Dans ce dernier cas, l’étanchéité à l’air se trouve plus loin dans la paroi. Un trou dans le mur ne met pas en péril le bâtiment. Veillez seulement à respecter l’enveloppe et à vous poser la question avant de le défoncer.

« Est-ce que je peux ouvrir mes fenêtres ? »

PMP : Comme dans toutes les maisons, l’ouverture des fenêtres fait entrer l’air chaud en été et le fait sortir en hiver. Le choix est donc laissé à l’occupant… Quand il fait très froid ou très chaud, le réflexe est de ne pas ouvrir la fenêtre, et c’est très bien ! On PEUT donc ouvrir, mais ce n’est pas une obligation ! Le confort est de toute façon assuré.

Contenu fourni par l'A.S.B.L. Plate-forme Maison Passive


La PMP en cinq missions

Créée en 2006, sur l'initiative d'un noyau de convaincus ayant réussi à fédérer des dizaines d'entreprises et particuliers (architectes, constructeurs, enseignants, chercheurs...), la Plate-forme Maison Passive, alias PMP, s'est fixé comme étoile polaire de stimuler le développement de bâtiments à très haute efficacité énergétique et basés sur le concept du passif. Une bonne décennie plus tard, ses missions demeurent tout aussi cruciales.

Sensibiliser

Par son site internet bourré d'infos, ses brochures, son magazine Expresso, ses conférences, séances d'informations, journées de visites de bâtiments passifs, ses projets pédagogiques et son lobbying auprès des pouvoirs politiques, PMP contribue à informer le plus grand nombre sur tous les contours de la haute efficacité énergétique.

Former

Grâce à une équipe bien étoffée, la PMP propose toutes sortes de formations à destination des architectes, bureaux d'étude, entrepreneurs, responsables énergies, décideurs... « Nous proposons différents cycles de formations, pour permettre aux professionnels d’aller toujours plus loin dans la maîtrise de leurs projets et de les perfectionner sur des points particuliers. »

Faciliter

PMP conseille les structures qui souhaitent s'inscrire dans une démarche de haute efficacité énergétique, assure une permanence technique par téléphone et par mail (infotechnique@maisonpassive.be) et a créé plusieurs outils « open source » (www.ponts-thermiques.be ; www.pmp-connectools.be ; www.pmp-catalogues.be...).

Certifier

On l'a dit, PMP est l'instance officielle habilitée à délivrer, non seulement les certificats « bâtiment passif » mais également ceux concernant les « bâtiments zéro-énergie ».

Développer

Contribuant à établir des standards liés à l'énergie dans le bâtiment, active dans la recherche de pointe, PMP a également développé des logiciels complémentaires au PHPP. « Le PHPP, pour « Passive House Planning Package », est un outil d’accompagnement à la conception reposant sur le tableur « Microsoft Excel ». Son rôle est de fournir les méthodes d’encodage et de calcul nécessaires pour concevoir une habitation à faible consommation énergétique. »

Fake news
11/13