Secondes résidences

Non loin d'ici,
la Côte d'Opale

Sa mer turbide, ses plages de sable fin, ses dunes ondulantes, ses falaises abruptes, ses estuaires et marais... La Côte d'Opale, depuis laquelle, par temps clair, on peut apercevoir l'Angleterre, devient, depuis plusieurs années, une destination privilégiée par de nombreux compatriotes. La raison du coup de foudre : un rapport qualité/prix faisant pâlir de jalousie la Côte belge. S'étendant de Dunkerque à la Baie de Somme, la portion côtière française présente, de surcroît, un avantage certain : on l'atteint en un trio d'heures depuis le coeur de la Wallonie. Cet intérêt croissant pour le littoral nord-ouest français, bien des promoteurs flamands l'ont rapidement saisi. Ainsi, un peu partout en Côte d'Opale, ces derniers – on peut citer, à titre d'exemple, La Compagnie Le Zout, Holiday Suites, Pierre & Vacances ou Vanhaerents – élèvent des complexes résidentiels ayant pignon sur mer pour des prix, tout compris, pouvant avoisiner les 200.000 euros. Nombreux sont aussi les particuliers à mettre en vente des résidences secondaires aux situations souvent idyllique. On vogue ici en eaux idéales pour investir : l'offre abondante profite toujours aux acheteurs.

Récapitulatif fiscal

Si votre coeur flanche pour une jolie villa à Wissant ou un appartement du côté de Wimereux, n'oubliez pas qu'en plus de l'achat du bien, il faudra débourser quelques écus supplémentaires pour vous acquitter des taxes diverses qui le grefferont. Si le bien est d'occasion, vous serez redevable de droits d'enregistrement à hauteur de 5,8% de sa valeur. S'il est neuf, ce sera 20% de TVA. À cela s'ajouteront les frais d'acquisition (1% de frais de notaire + la TVA). Il y aura encore la taxe foncière annuelle, basée sur la valeur locative cadastrale de votre bien, dont le taux sera généralement fixé à 25 ou 30% et appliqué sur 50% de cette valeur cadastrale. Les plus aisés d'entre nous seront encore soumis à l'impôt sur la fortune (son taux évolue de 0,5 à 1,5 %), qui frappe tous ceux dont les biens meubles et immeubles dépassent 1,3 million d'euros.