Connais-toi toi-même
et trouve ta voie !

Pas toujours simple de choisir ses études supérieures - et donc son métier potentiel - au sortir des études secondaires… Quelques pistes pour aller dans la bonne direction …

D’après certains coachs, la clé la plus importante pour choisir le métier qui nous correspond serait d’analyser ce que nous voulons vraiment. Et si les qualités, talents et compétences sont essentiels, l’environnement le serait tout autant ! « Si vous n’adhérez pas à l’organisation pour laquelle vous travaillez ou voulez travailler, vous rongerez votre frein », note un professionnel.

Enquêtez sur vous-même

Pour choisir la bonne filière, l’étape préliminaire est de se connaître. Aimez-vous travailler seul ou en équipe ? Préférez-vous le mouvement, les imprévus ou une vie plus routinière ? Envisagez-vous plutôt des études courtes ou longues ? L'idéal est de trouver un métier que vous ferez par passion (dans ce cas, vous ne travaillerez jamais, vous exercerez votre hobby !) Et si certaines filières sont encombrées, il sera alors plus facile pour vous de tirer votre épingle du jeu. Vous pouvez aussi demander à votre entourage dans quel métier il vous verrait. Peut-être vous donnera-t-il un nouvel éclairage ou des pistes auxquelles vous n’aviez pas songé… Vous hésitez toujours ? Il est alors peut-être temps de passer aux conseillers d’orientation qui vous donneront des pistes plus précises. Rendez-vous dans les salons, forums ou carrefours des métiers. Sans oublier le web qui regorge de tests qui vous révéleront certaines facettes de votre personnalité et les filières qui vont avec.

Les centres PMS pourront également vous soutenir. Pour rappel, ces lieux d’accueil sont à la disposition des élèves et de leurs parents, dès l'entrée dans le maternel et jusqu'à la fin de l'enseignement secondaire.

Le stage d’observation

Autre possibilité, plus pragmatique, si vous hésitez à vous lancer dans tel ou tel métier : le stage d’observation pendant les vacances. Vous saurez tout de suite si oui ou non, vous êtes fait pour le job que vous ambitionnez. Bien-sûr, cela exige de sacrifier une partie de ses congés, mais c’est préférable que de passer cinq années d’études dans un secteur qui, finalement, ne vous convient pas !