L’internat : une chance en plus pour s’épanouir ?


L'internat, ce mot est passé d'une image négative à une autre plus positive ces dernières années. Des films comme « Les choristes », ont notamment participé à ce phénomène…

L’internat a longtemps été synonyme de « mise à l’écart » ou de « répression », apparaissant comme la punition ultime à de mauvais résultats scolaires ou à un comportement rebelle.

Aujourd’hui, son image s’est grandement améliorée. En effet, l’internat vise surtout à la réussite de l’enfant et de l’adolescent. Réussir à grandir, réussir à apprendre, apprendre à réussir !

L’internat guide, rassure, ouvre les portes à de nouvelles expériences, tout en y ajoutant la dimension de groupe. On s’y fait souvent des amis pour la vie, on y vit des aventures uniques, qui laissent en général de fabuleux souvenirs à ceux qui, une fois devenus adultes, se remémorent cette période avec émotion.

Plus qu’un hébergement

L’internat propose au jeune de faire l’expérience de lui-même hors du cocon familial tout en répondant à ses besoins d’apprentissage. C’est plus qu’un simple lieu d’hébergement : l’internat accueille le jeune dans sa globalité en tant que « substitut » parental. Les raisons de choisir cette alternative pour son enfant sont nombreuses : l'envie pour les parents et l'enfant d'avoir de meilleurs résultats, un climat familial difficile, des parents qui ont un travail trop prenant…

Le « bon » internat

Selon certains psychologues, la première question que les parents devraient se poser est « Est-ce que cet internat est adapté à mon enfant ?". Il y a en effet lieu de cibler lequel sera le plus approprié au tempérament de l’enfant, à son éducation, à ses besoins et attentes.

Atouts et faiblesse

Lorsque tout se passe bien, l’enfant améliorera ses résultats grâce à un encadrement efficace, il découvrira la vie en société, créera des amitiés profondes et apprendra à travailler de façon autonome. A l’inverse, si l’internat choisi est inapproprié, les résultats risquent de chuter. L’internat peut également apparaître comme une coupure trop violente pour un enfant introverti. L’important sera alors de rester à son écoute et, au besoin, de le réinscrire en externat.