Comment s’adapter à un enfant hyperkinétique ?


D’origine neurobiologique, le Trouble de Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H) toucherait entre 3 et 5% de la population générale, enfants et adultes compris…

Malgré sa fréquence, ce trouble demeure relativement méconnu… Les parents comme les enseignants se trouvent souvent dépassés par le comportement instable et imprévisible des enfants hyperkinétiques. Le pic d'incidence s'observe entre 5 et 12 ans. Il tend ensuite à s'atténuer à l'adolescence, et disparaît parfois à l'âge adulte

Quels symptômes ?

  • L'inattention ou l'hyperactivité. Il existe toutefois souvent une hyperactivité sans déficit de l'attention.
  • L'enfant est inconscient du danger. Les parents doivent donc redoubler d’attention (notamment en ce qui concerne les jeux ou jouets dangereux, la traversée des routes, les produits toxiques, etc.)

Quelles solutions ?

  • Apporter un cadre de vie calme à l’enfant (même si ses comportements sont crispants.)
  • Les cris, les punitions, n'ont aucune utilité et vont même l’enfermer dans son trouble.
  • Le jeune hyperactif a du mal à se concentrer : la patience sera reine lors des devoirs. Ces derniers s’effectueront par petites séances répétées, car l'enfant hyperkinétique ne se concentre pas sur de longues périodes.
  • Surveiller son alimentation afin de ne pas favoriser d'autres troubles (surpoids, caries, etc.)
  • Une chambre calme, aérée, et des horaires de coucher et de lever réguliers sont indispensables (d’autant plus que le traitement par médicaments augmente le risque d'insomnie.)
  • Récompensez votre enfant à chaque fois qu’il y a un progrès.

Trucs et astuces pour l’enseignant

En classe, l’enfant hyperkinétique sera placé dans un lieu calme, loin des distractions. Les stimuli seront réduits au maximum (en utilisant par exemple des balles de tennis sous les pieds des pupitres pour éviter le bruit). Des panneaux séparateurs seront utilisés avec le voisin lorsque le calme sera requis. Les chipotages seront tolérés à condition qu'ils ne dérangent pas les autres (scoubidou, balle anti-stress, coloriage, etc.). Le jeune atteint de TDA/H se concentre en effet souvent mieux quand il a les mains occupées.